PAISAIA SUMATUAK / Paysages entrouverts (2018)

– 1ère étape de travail : 14 décembre 2017 au CCN Malandain Ballet Biarritz
Sorkuntzaren lehen urratsen aurkezpena: 2017ko abenduaren 14an

– “Première” de la création :
8 septembre 2018,
Festival “Le Temps d’aimer” à Biarritz

Estreinaldia :
2018ko irailaren 8an,
Miarritzeko “Maitaldia” festibalaren kari

Idée originale / Jatorrizko ideia : Johanna Etcheverry 
Coordination artistique / Kordinazio artistikoa : Mizel Théret   
Chorégraphie, interprétation / Koreografia, antzezlana :
Lauriane Chamming’s
, Johanna Etcheverry, Maï Ishiwata
Musique originale (live)/ Jatorrizko musika (zuzenean) : Raul Garcia Etxebarria
Création vidéo / Bideo sorkuntza : Caroline de Otero, Catherine Guillaud
Lumières / Argiztapen diseinua : Frédéric Béars

 

“Maite ditut                                     J’aime

maite                                             je les aime

gure bazterrak                          nos paysages

lanbroak                                        lorsque la brume

izkutatzen dizkidanean … ”              me les cache…

(Joxean Artze, poète basque)  

 

NOTE D’INTENTION

« Paisaia sumatuak / Paysages entrouverts » est une création hybride qui combine danse contemporaine, musique « live », vidéo et lumières. Elle s’inspire d’un lieu emblématique du Pays-Basque,  le mont « Artzamendi », avec ses paysages variés.

Imprégné de ce lieu, un  travail d’investigation interdisciplinaire s’engage autour de l’idée centrale de résonance. En effet, il s’agit ici de suggérer ces paysages en évitant toute évocation littérale, ou bien encore de poser sur scène un univers poétique pouvant s’accorder avec la sensibilité de ce lieu.

La danse pour sa part, est au cœur du projet ; elle se nourrit d’abord d’observations, de contemplation, de sensations éprouvées in situ. De cette imprégnation sur les hauteurs de l’Artzamendi, naît ensuite en studio, une gestuelle suspendue, douce et aigüe, en totale résonance avec le site ; la conjugaison de cette gestuelle à des corps devenant eux-mêmes paysages, est ce qui caractérise profondément cette pièce.

La danse pour sa part, est au cœur du projet ; elle se nourrit d’abord d’observations, de contemplation, de sensations éprouvées in situ. De cette imprégnation sur les hauteurs de l’Artzamendi, naît ensuite en studio, une gestuelle suspendue, douce et aigüe, en totale résonance avec le site ; la conjugaison de cette gestuelle à des corps devenant eux-mêmes paysages, est ce qui caractérise profondément cette pièce.

Une danse allégorique, qui se déploie entre fluidité et lenteur, où les trois danseuses –sans passer par l’unisson – incarnent un état d’harmonie. Une danse traversée parfois par l’immobilité, comme pour permettre au geste de résonner dans l’espace et dans le temps.

Ce temps lent, dilaté, est précisément le socle commun sur lequel danse, musique, vidéo et lumières dialoguent ensemble, comme pour diffuser une sensation de quiétude, et d’infinité. Le lien entre chaque discipline se fait aussi autour d’une recherche poétique commune, sur la base d’une écriture épurée.

« Paisaia sumatuak / Paysages entrouverts » s’envisage comme un poème de corps, d’images et de sons.

(Johanna Etcheverry )

 

XEDE OHARRA  

Sorkuntza hunek, dantza garaikidea, musika, bideoa eta argiak uztartzen ditu. Ikuskizun hibrido hortan, dantza proiektu horren ardatza da, baina beste diziplina guziekin elkarrizketatzen da.

Proiektu hori, Euskal Herriko mendi enblematiko batean oinarritzen da: “Artzamendi”.

Leku horretaz elikatuko den diziplinarteko  lan araketa bat eramana izanen da ; gero lan hori esparru eszenatokira eramana izanen da, diziplina guzien arteko poetika bat sortuz, denak idazkera araztu batez baturik.

“ Paisaia sumatuak ”, gorputz, irudi eta soinu poema bat izan nahi du.

Vidéos

DVD

DVD

DVD

DVD

DVD

DVD

DVD